Aller au contenu

Comment faire le vin rosé

Comment faire du vin rosé ? Quel sont ses spécificités ? Quels sont les conseils et astuces à savoir sur ces vins ? 

Le monde du vin me passionne depuis plusieurs années, je vais donc vous apporter les réponses de manière la plus précise que possible.

Un vin rosé se fait de la même manière qu’un vin rouge dans l’ensemble. Seul l’étape de la macération diffère dans la fabrication de ces deux vins.

Dans cet article, nous verrons :

  • Comment faire du vin rosé
  • Quels sont les types de rosé qui existe
  • Quels sont les spécificités du vin rosé ?

Après votre lecture, vous saurez tout sur ce vin parfait pour l’été ! Sans plus tardez, commençons.

Comment est fait le vin rosé

La sélection du raisin

Tout comme pour le vin rouge, on doit tout d’abord sélectionner une variété de raisin (un cépage) que l’on va faire mûrir pour faire le vin. Même s’il existe un très grand nombre de cépages, le Grenache est majoritairement utilisé pour la production de vin rosé. Cette variété de vigne offrirait le meilleur goût en termes de rosé.

Une fois la variété plantée et cultivée, elle offre les fameux raisins et laisse place à la récolte.

Vendange

Dans cette étape, on récolte les raisins. On prend en compte différents facteurs :

  • La date de la récolte : on essaie de ne pas récolter trop tôt pour laisser le raisin grandir et être plus sucré. Trop tard, le raisin pourrait être trop abîmé.
  • On vendange par parcelle de vigne. Les raisins ne vieillissent pas tous à la même vitesse, c’est pourquoi on vérifie avant la récolte.
  • On peut récolter à la machine ou à la main. À la machine, le travail est rapide, mais moins minutieux. À la main, le travail est mieux contrôlé mais plus long.

Une fois les vendanges terminées et les raisins sélectionnés, nous pouvons enfin faire notre vin !

Création du vin rosé

Nous avons donc dans l’ordre de la création :

Egrappage et foulage

Dans cette étape, on sépare le raisin de sa grappe et des feuilles, afin de ne pas donner un goût herbacé et désagréable au vin. Ensuite, on le foule (on « casse » les grains pour libérer un peu de jus).

Macération

C’est dès cette étape que le vin rosé diffère du vin rouge dans sa création. Alors que pour un vin rouge on laissera “infuser” les peaux des raisins durant plusieurs jours, un vin rosé sera macéré seulement de 6 à 12h. C’est pour cela que le vin rosé est moins rouge, plus vous laissez les peaux macérer dans le jus, plus le vin sera rouge.

Ici, on aura deux types de rosé :

Le rosé de saignée : il est vinifié de la même manière que le vin rouge, sauf que la macération est interrompue au bout de 6 à 12 heures. Cela explique pourquoi le vin a cette couleur rose au lieu d’avoir la teinte rouge. Cependant, il va continuer sa fermentation pour produire le vin.

Le pressurage du rosé : Après avoir fait le vin de saigné, on presse les peaux de raisins ayant imbibé longtemps dans le jus. Le premier pressage donnera un liquide très incolore. La seconde donnera un liquide plus ou moins coloré en raison du contact du jus et des peaux. Les rosés obtenus de cette façon sont peu ou très peu colorés.

La fermentation alcoolique

Ici, on ajoutera des levures (ou non) au jus. Les levures et les sucres en contact vont créer la fermentation alcoolique et donc l’alcool.

Vieillissement

On peut placer le vin en tonneau ou en cuve pour le faire vieillir. Concernant le rosé, il n’est pas souvent mis en vieillissement, tout simplement, car il est meilleur à boire dans sa jeunesse. De même, élever un rosé en tonneau peut lui donner des goûts de bois trop prononcé.

Mise en bouteille du vin

Enfin, le rosé est mis en bouteille ! 

Chaque domaine ou château aura bien évidemment sa méthode personnelle de création de rosé, mais vous avez ici les grandes lignes pour comprendre sa création.

Pour la petite histoire, c’est grâce à l’intervention des Hollandais que nous avons appris à faire vieillir les vins et ainsi à nous concentrer sur les vins rouges. Il faut savoir qu’au Moyen Âge, les habitants de la France buvaient principalement et exclusivement du vin rosé !

Certaines personnes ne considèrent pas vraiment les vins rosés comme des vins à déguster. Pourtant, il existe de nombreux châteaux qui proposent des rosés d’une qualité exceptionnelle ! De même, chez les cavistes et dans les restaurants, il n’est pas difficile de trouver ces vins. Comme quoi ils ont toujours leur place dans la famille des vins !

Vin-rosé-en-production

Quand boire du vin rosé

Les vins rosés sont des vins à boire jeunes, c’est-à-dire entre 1 et 5 ans. Cependant, il est tout à fait possible de faire vieillir les vins rosés dans des caves à l’abri de la lumière et des températures qui varient trop.

Les rosés peuvent être dégustés dès l’apéritif, mais ils peuvent aussi accompagner les entrées, les viandes blanches, la cuisine asiatique ou encore la cuisine méditerranéenne.

Les vins rosés ont une acidité assez faible (entre 0 et 3 g/L). Ils sont donc parfaits pour accompagner les salades et les crudités.

Faits intéressants sur le vin rosé

Voici une petite liste de faits intéressants sur cette boisson, que vous pouvez bien entendu propager lors de vos apéritifs.

  • Il existe une multitude de rosés différents. Les vins rosés peuvent être proches du rouge, du blanc, du rose ou encore gris.
  • La France est le premier pays producteur de vin rosé dans le monde, avec plus de 10 % du marché mondial.
  • Il existe deux grandes familles de vins rosés : les vins rosés effervescents et les vins rosés tranquilles. Ils sont élaborés à partir du même cépage, le grenache noir, mais ils ont des arômes et des caractéristiques différentes.
  • Les vins rosés sont généralement très fruités et peuvent être appréciés dès leur jeunesse.
  • Les vins rosés effervescents ont une durée de conservation courte et sont donc plutôt destinés à l’apéritif, mais ils peuvent aussi accompagner les entrées.

Le vin rosé, un vin apprécié

Les vins rosés sont à la fois des vins à boire tout de suite et des vins de garde, qui vieillissent bien dans le temps. Ils ont beaucoup de succès, en particulier en été. Ils sont parfaits pour accompagner les barbecues, mais aussi les salades en toutes saisons.

Je vous remercie pour votre lecture et espère que cela vous aidera à servir vos vins dans les meilleurs conditions que possible.

Si l’apprentissage du vin est une chose qui vous intéresse, n’hésitez pas à découvrir mon livre « Devenir Amateur de Vin » !

Devenir Amateur de vin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.